Archives mensuelles : octobre 2015

Coupe « Lof machine » – 25 octobre 2015

Lof Machine

Jolie régate, organisée par Pierre Coindreau qui œuvrait au Comité avec Marie-Thérèse Jourdas, et Daniel à la sécurité. Tems très doux, alternant nuages et soleil et permettant à chacun de profiter de ces belles lueurs d’automne.

Sur l’eau, accompagnant les bateaux et plus particulièrement les Stars qui se préparaient pour le Pinatel, Mathieu Dierckx prenait force photos et vidéos, que les coureurs pouvaient découvrir après la régate.

Course en tête pour les Stars du CVP qui se partagent le podium. A confirmer la semaine prochaine lors du Pinatel. Pendant ce temps, notre ami Jean Fitzner bricolait et ponçait son Finn pour la prochaine saison.

Merci à Christian Desouches, Philippe Gontier et Pierre Coindreau pour ces superbes photos dont certaines nous rappellent pourquoi les impressionnistes aimaient tant peindre des bateaux sur la Seine.

Les résultats :

classement

Président du Comité de Course : Marie-Thérèse Jourdas

Comité : Pierre Coindreau

Président du Jury : Marie-Thérèse Jourdas

 

 

 

Newsletter #80 – 27 octobre 2015

CVP15101 Newsletter n° 80 Lof Machine V1 271015

1/ Lof Machine

Jolie régate, organisée par Pierre Coindreau qui œuvrait au Comité avec Marie-Thérèse Jourdas, et Daniel à la sécurité. Tems très doux, alternant nuages et soleil et permettant à chacun de profiter de ces belles lueurs d’automne.

Sur l’eau, accompagnant les bateaux et plus particulièrement les Stars qui se préparaient pour le Pinatel, Mathieu Dierckx prenait force photos et vidéos, que les coureurs pouvaient découvrir après la régate.

Course en tête pour les Stars du CVP qui se partagent le podium. A confirmer la semaine prochaine lors du Pinatel. Pendant ce temps, notre ami Jean Fitzner bricolait et ponçait son Finn pour la prochaine saison.

Merci à Christian Desouches, Philippe Gontier et Pierre Coindreau pour ces superbes photos dont certaines nous rappellent pourquoi les impressionnistes aimaient tant peindre des bateaux sur la Seine.

 

Les résultats :

classement

Président du Comité de Course : Marie-Thérèse Jourdas

Comité : Pierre Coindreau

Président du Jury : Marie-Thérèse Jourdas

2/ Notre prochain rendez-vous : le 35ème « Trophée Pinatel » (N4) vendredi 30 octobre, samedi 31 octobre et dimanche 1er novembre

22 concurrents attendus pour ce 35ème Trophée Pinatel. Finlande, Allemagne, Pays-Bas, Suisse, Annecy et, bien entendu, nos voisins de l’YCIF viendront concourir et affronter nos équipages le week-end prochain.

 

La météo sera belle, avec un vent de sud-est, du soleil la plupart du temps et des températures très clémentes. A terre, ambiance et animations sympathiques à l’occasion des diners.  Venez nombreux profiter de ces belles journées d’automne et de superbes contrastes des voiles blanches devant les couleurs dorées des berges de la Seine. Une occasion unique aussi de discuter voile avec nos voisins européens et, pourquoi pas, de nouer des contacts utiles à de futures régates ou croisières à l’étranger.

 

Inscriptions auprès de Marie-Thérèse Jourdas ou de M. Simon. Premier départ vendredi à 14h30.

 

Météo :

  • Vendredi 30 octobre ciel plutôt ensoleillé, temps doux le matin, doux à chaud l’après-midi, température de 11° à 18°, vent sud-est 10 nœuds.
  • Samedi 31 octobre ciel sans nuages, temps frais le matin, doux à chaud l’après-midi, température de 12° à 19°, vent sud-est 7 nœuds.
  • Dimanche 1er novembre puis journée ensoleillés, temps frais le matin, doux l’après-midi, température de 11° à 17°, vent sud-est 4 à 7 nœuds..

 

Pour tous renseignements, contactez Philippe Tréanton, Hervé Godest ou Olivier Guérin.

3/ Prochains rendez-vous à noter

 

  • 08.11.15       Le Bleu et La Licorne (INQ 5B)
  • 14 et 15.11.15Trophée d’Automne M7.50
  • 15.11.15       Der des Der (INQ 5B)
  • 22.11.15       Assemblée générale

Aidez-nous à organiser la logistique de nos événements, pensez à prévenir de votre participation avant chaque date. Merci d’avance. (contact.cvp@laposte.net).

 

Coupe « Tous en Seine » – 17 & 18 octobre 2015

Tous en Seine, bagarre au sommet entre Stars

C’est avec la fougue des débutants sur la série (Philippe Dumont et son fils Jean) ou sur leur nouveau bateau (Stéphane Dierckx et Jean-Pascal Camuzat), mais pas sans expérience, que nos amis se sont affrontés durant ce dernier week-end, se succédant à la première place. Pour la première fois, Philippe Dumont l’emporte, de peu, devant Stéphane Dierckx.

Les Ribadeau-Dumas pères et fils, malgré tous leurs efforts et de belles places, laissent passer Philippe Gontier et les Dumail, qui ferment le podium. Jean-Louis et Thomas Husson, arrivés premiers à la 1ère manche, ne concrétisent pas ce succès et terminent 5èmes. L’équipage à majorité féminin du F188, composé pour l’occasion de Fabienne Dierckx, Hélène Wils et de leur accompagnateur masculinPatrick Godest, relayé dimanche par Alban de Vilmorin, finit à la 6ème place. Un M7.50 et un Soling ferment le ban, ayant chacun navigué une seule journée.

 

Bon vent, belles régate et très belles photos, prises pour la plupart par notre ami Jean-Paul Lozouët, de passage au CVP ce dimanche. Merci aussi à Philippe Gontier et Marie-Thérèse Jourdas pour leurs photos, ainsi qu’à Hervé Le Marchand et René Jégou au Comité, et Françoise Boudard et Daniel à la sécurité.

 

 

 

Les résultats :

classement

Président du Comité de Course : René Jégou

Comité : Marie-Thérèse Jourdas

Président du Jury : Hervé Le Marchand

 

Newletter #79 – 23 octobre 2015

CVP15099 Newsletter n° 79 Tous en seine V1 211015

1/ Déjeuner des Anciens

Comme chaque année et grâce à l’action mobilisatrice de Sylvie et Yves Taffard, nos anciens se sont retrouvés samedi 17 octobre pour un déjeuner convivial et plein d’entrain, au milieu des coureurs venus disputer les challenge « Tous en Seine ». Après un hommage à Pierre Toureau, disparu en début d’année à l’âge de 100 ans, nos anciens ont pu profiter de l’excellent déjeuner préparé par notre chef Jean-Marc et du spectacle offert par les bateaux du CVP et de l’YCIF courant sur l’eau dans une bonne brise d’est. Les plus frustrés étaient Patrick Godest et Philippe Gontier, privés de gâteau au chocolat pour cause de régate…

Parmi les informations relevées au cours du déjeuner, on retiendra que, de tous les participants, c’est François Cahours de Virgile qui a été inscrit le premier au CVP (1956), suivi de Janine Gringoire(1957). Les autres (Yves et Sylvie Taffard, Georges et Laurence Sandor, Pierre Mathé, François Godest, Christian et Claude Desouches, Monique Laborde, Jean-Robert et Françoise Villepigue…), inscrits dans les années soixante, voire soixante-dix, faisaient figure de jeunots par comparaison.… Nouveau rendez-vous fixé à l’année prochaine.

 

2/ Tous en Seine, bagarre au sommet entre Stars

C’est avec la fougue des débutants sur la série (Philippe Dumont et son fils Jean) ou sur leur nouveau bateau (Stéphane Dierckx et Jean-Pascal Camuzat), mais pas sans expérience, que nos amis se sont affrontés durant ce dernier week-end, se succédant à la première place. Pour la première fois, Philippe Dumont l’emporte, de peu, devant Stéphane Dierckx.

Les Ribadeau-Dumas pères et fils, malgré tous leurs efforts et de belles places, laissent passer Philippe Gontier et les Dumail, qui ferment le podium. Jean-Louis et Thomas Husson, arrivés premiers à la 1ère manche, ne concrétisent pas ce succès et terminent 5èmes. L’équipage à majorité féminin du F188, composé pour l’occasion de Fabienne Dierckx, Hélène Wils et de leur accompagnateur masculinPatrick Godest, relayé dimanche par Alban de Vilmorin, finit à la 6ème place. Un M7.50 et un Soling ferment le ban, ayant chacun navigué une seule journée.

Bon vent, belles régate et très belles photos, prises pour la plupart par notre ami Jean-Paul Lozouët, de passage au CVP ce dimanche. Merci aussi à Philippe Gontier et Marie-Thérèse Jourdas pour leurs photos, ainsi qu’à Hervé Le Marchand et René Jégou au Comité, et Françoise Boudard et Daniel à la sécurité.

 

 

 

classement

 

Président du Comité de Course : René Jégou

Comité : Marie-Thérèse Jourdas

Président du Jury : Hervé Le Marchand

3/ Mini-Transat : pas le temps de s’ennuyer !!!

 

Depuis l’arrivée à Lanzarote (Canaries) début octobre, Nicolas d’Estais n’a pas eu beaucoup de temps pour lui. Après avoir soigné ses blessures et remis en état son bateau, il a participé aux activités préparatoires à la seconde étape :

–         Régate de démonstration le 3 octobre

–         Remise des prix de la première étape le 9 octobre

Puis, à partir de ce week-end, les choses vont s’accélérer :

–         Briefings les 23, 28 et 30 octobre

–         Parade et …apéritif Paëlla le 24 octobre

–         Contrôles de sécurité et derniers préparatifs du 25 au 30 octobre

–         « Despedida », soirée de départ le 29 octobre

 

Le départ de la seconde étape Lanzarote-Pointe-à-Pitre est fixé au samedi 31 octobre à midi (heure locale – 13h00 heure du CVP). Bien entendu nous suivrons ça de près au CVP, pendant le Trophée Pinatel !!!

 

Arrivée à Pointe-à-Pitre prévue à partir du 14 novembre.

 

4/ Un sauvetage périlleux !

 

Pour vous donner envie de naviguer du côté de l’Alaska (un coin qu’affectionne notre ami Christian Péguet, voir la Newsletter n°69), voici la vidéo d’un sauvetage périlleux réalisé il y a quelques jours. En grande difficulté à 400 milles au sud de Cold Bay, le propriétaire du bateau « La Chimère » (30 pieds) lance un appel de détresse capté par les US Coast Guards, qui déroutent un bateau de maintenance des plateformes pétrolières, nombreuses dans la région. La video montre le passage d’un bateau à l’autre, opération toujours très périlleuse. Le chat du navigateur a été sauvé en même temps que son propriétaire, le bateau a été abandonné.

 

Cliquez sur le lien ci-dessous ou recopiez l’adresse dans votre barre de recherche :

http://m.ktuu.com/news/video-mariner-rescued-from-30foot-sailboat-in-choppy-seas/35951984

 

Extrait de la video des US Coast Guards                                              Position approximative du bateau

 

5/ Actualité : le projet de canal Seine-Nord Europe

 

Le projet de Canal Seine – Nord Europe est inscrit sur la liste des projets prioritaires du réseau trans-européen de transport (RTE-T) et constitue un des projets majeurs du réseau central, identifié comme un goulet d’étranglement du corridor Mer du Nord – Méditerranée.

La déclaration de Tallin du 17 octobre 2013, co-signée par la Commission européenne et les ministres chargé des voies navigables de la Belgique, des Pays-Bas et de la France, a réaffirmé l’importance du développement de cette liaison fluviale, de l’embouchure de la Seine, au niveau du port du Havre, jusqu’au réseau fluvial du Nord-Pas-de-Calais, à la frontière avec la Belgique. Le développement de cette liaison Seine-Escaut doit permettre de rattraper un retard certain du réseau fluvial français et concourir au développement des ports français de la façade nord, du Havre à Dunkerque et au au dynamisme économique des territoires traversés.

 

 

Sur le plan technique, le projet consiste en un canal totalement nouveau de 107 km de longueur entre Compiègne et Aubencheul-au-Bac, au gabarit européen, permettant la navigation de péniches ou de convois poussés de 185 mètres de long sur 11,40 mètres de large.

 

Après le constat d’une impasse financière, le Gouvernement a repris en 2013 le projet en totalité.

 

Depuis, le Premier Ministre a confirmé le 26 septembre 2014 l’engagement du Gouvernement pour la réalisation du projet, avec un objectif de lancement des travaux en 2017 et une mise en service en 2023.

 

Le Gouvernement a déposé un amendement au projet de loi « Croissance et Activité », permettant la création d’une société de projet publique pour le Canal Seine-Nord Europe, qui a été adopté par l’Assemblée nationale mercredi 28 janvier 2015.

 

Si ce projet débouche, ceci devrait entrainer une forte augmentation du trafic fluvial devant le CVP, le canal débouchant sur l’oise du côté de Compiègne et rejoignant la Seine à Conflans Ste Honorine. Le flux de nouveaux bateaux se joindrait au trafic actuel, nos péniches Freyssinet habituelles faisant pâle figure à côté des péniches au gabarit européen arrivant du nord de l’Europe et rejoignant Le Havre.

 

A suivre avec attention dans les années à venir.

2015-10 NL 79

6/ Notre prochain rendez-vous : la coupe « Lof Machine » (INQ 5C) dimanche 25 octobre

Venez tous nombreux participer à l’un de nos derniers rendez-vous de la saison 2015, proposée par Pierre Coindreau. Températures de saison et vent d’ouest juste comme il faut attendus.

 

Inscriptions auprès de Marie-Thérèse Jourdas ou de M. Simon (voir documents en pièce jointe). Premier départ dimanche à 11h00.

 

Météo : Dimanche 25 octobre  ciel couvert et pluvieux, temps froid le matin, frais l’après-midi, température de 7° à 12°, vent ouest 10 nœuds.

 

Et surtout n’oubliez pas, le week-end suivant, la 35ème édition du Trophée Pinatel. Venez nombreux profiter de ce spectacle superbe offert par plus de 20 Stars naviguant sur fond d’arbres dorés par les teintes de l’automne, ou partager l’ambiance sympathique des dîners d’après-régate. Pour tous renseignements, contactez Philippe Tréanton, Hervé Godest ou Olivier Guérin.

 

7/ Prochains rendez-vous à noter

 

  • 25.10.15       Lof Machine (INQ 5C)
  • 30 et 31.10, 01.11Trophée Pinatel (Star – N4)
  • 08.11.15       Le Bleu et La Licorne (INQ 5B)
  • 14 et 15.11.15Trophée d’Automne M7.50
  • 15.11.15       Der des Der (INQ 5B)

 

Aidez-nous à organiser la logistique de nos événements, pensez à prévenir de votre participation avant chaque date. Merci d’avance. (contact.cvp@laposte.net).

Faites valider vos acquis nautiques au CVP !

Brillante idée qu’a eue Hélène Wils. Au vu de ses activités nautiques de l’été et après s’être renseignée auprès des autorités compétentes, Hélène a proposé que le CVP fasse valider les acquis nautiques de chacun par un moniteur breveté d’Etat (BEES). En l’occurrence, Stéphane Dierckx est moniteur doté d’un BEES, et est donc habilité à valider les acquis de nos membres. Un atout pour nos plus jeunes qui veulent progresser en voile et, pourquoi pas, un jour devenir moniteurs, et pour les moins jeunes, cette validation des acquis devenant un incontournable (comme le permis bateau) pour la location de bateaux….

Renseignements auprès de Stéphane et d’Hélène.

2015-10 NL 78 V2

« Les 3 heures du vent » – 11 octobre 2015

Les 3 heures du vent

Que faut-il pour réussir une aussi jolie épreuve que les « 3 heures du vent » : du soleil (il y en avait), du vent (il y en avait) et …du punch (il y en avait, préparé et offert par notre ami Alban de Vilmorin, organisateur de l’épreuve).

Des bateaux de toutes les séries, un seul départ, une seule manche, une course poursuite quelquefois haletante et tendue entre les trois premiers, les écarts se réduisant à presque rien, puis augmentant à nouveau entre le premier (Eric et Emmanuel Ribadeau-Dumas) et le second, pour une arrivée au finish entre le deuxième et le troisième, avec quelques petites secondes d’écart. Ce qui a sauvé Jean-Louis et Thomas Husson, c’est la fameuse adonnante du bord du ponton, dont ils auront profité à quelques mètres de l’arrivée, alors que la logique voulait que ce soit leur concurrent qui l’emporte. Fort marri de l’aventure, Fabienne Dierckx, Luc Fermigier et Michel Castagné montent sur le podium à la troisième place.

Plus loin sur l’eau, le DC20 d’Alban de Vilmorin, équipé pour l’occasion des époux Dumail et de Françoise Boudard, ne remontera pas les bateaux les plus rapides, et le Laser de François Garyfermera la marche.

Sur l’eau beaucoup de plaisir, et un peu de remontant apporté « à domicile » aux concurrents par Daniel sous l’œil vigilant de Marie-Thérèse Jourdas et d’Hervé Le Marchand. Laurence Laborde et Patrick Godest, et Pascal Martinet et Christian Desouches, sur les deux autres Soling, se concentraient plus sur le punch que sur les bouées…

A terre, les concurrents profitaient de l’excellent « poulet forestière » du chef, et Alban offrait à tout le monde de superbes livres qui font remonter en flèche le niveau culturel du CVP, affecté depuis Gwin Ru 2 d’une légère tendance à la dégustation des vins les plus divers. Merci Alban, pour ces superbes lots !!

Les résultats :

unnamed

Comité de course : Hervé Le Marchand et Marie-Thérèse Jourdas

Président du Jury : Hervé Le Marchand

2015-10 NL 78 V2

 

Newsletter #78 – 14 octobre 2015

CVP15098 Newsletter n° 78 3 heures du vent V1 141015

 

1/ Les 3 heures du vent

Que faut-il pour réussir une aussi jolie épreuve que les « 3 heures du vent » : du soleil (il y en avait), du vent (il y en avait) et …du punch (il y en avait, préparé et offert par notre ami Alban de Vilmorin, organisateur de l’épreuve).

Des bateaux de toutes les séries, un seul départ, une seule manche, une course poursuite quelquefois haletante et tendue entre les trois premiers, les écarts se réduisant à presque rien, puis augmentant à nouveau entre le premier (Eric et Emmanuel Ribadeau-Dumas) et le second, pour une arrivée au finish entre le deuxième et le troisième, avec quelques petites secondes d’écart. Ce qui a sauvé Jean-Louis et Thomas Husson, c’est la fameuse adonnante du bord du ponton, dont ils auront profité à quelques mètres de l’arrivée, alors que la logique voulait que ce soit leur concurrent qui l’emporte. Fort marri de l’aventure, Fabienne Dierckx, Luc Fermigier et Michel Castagné montent sur le podium à la troisième place.

Plus loin sur l’eau, le DC20 d’Alban de Vilmorin, équipé pour l’occasion des époux Dumail et de Françoise Boudard, ne remontera pas les bateaux les plus rapides, et le Laser de François Garyfermera la marche.

Sur l’eau beaucoup de plaisir, et un peu de remontant apporté « à domicile » aux concurrents par Daniel sous l’œil vigilant de Marie-Thérèse Jourdas et d’Hervé Le Marchand. Laurence Laborde et Patrick Godest, et Pascal Martinet et Christian Desouches, sur les deux autres Soling, se concentraient plus sur le punch que sur les bouées…

A terre, les concurrents profitaient de l’excellent « poulet forestière » du chef, et Alban offrait à tout le monde de superbes livres qui font remonter en flèche le niveau culturel du CVP, affecté depuis Gwin Ru 2 d’une légère tendance à la dégustation des vins les plus divers. Merci Alban, pour ces superbes lots !!

Les résultats :

unnamed

Comité de course : Hervé Le Marchand et Marie-Thérèse Jourdas

Président du Jury : Hervé Le Marchand

Pendant ce temps, à l’YCIF, se courait le championnat inter-régional des Star, dernière grande répétition avant le Pinatel. Deux équipages du CVP participaient à cette très belle régate, remportée haut la main par notre ami Philippe Courteaud. Quant à nos deux star, l’un, celui de Philippe Dumont équipé pour l’occasion par Hervé Godest, multipliait les arrêts au stand pour réglages divers et le second, celui de Stéphane Dierckx équipé de Jean-Patrice Camuzat, naviguait pour la première fois depuis longtemps, Stéphane en étant devenu propriétaire le lundi précédent et l’ayant mâté le matin même. Prise en main générale donc, avant notre Trophée Pinatel dans deux semaines.

 

2/ Faites valider vos acquis nautiques au CVP !!!

Brillante idée qu’a eue Hélène Wils. Au vu de ses activités nautiques de l’été et après s’être renseignée auprès des autorités compétentes, Hélène a proposé que le CVP fasse valider les acquis nautiques de chacun par un moniteur breveté d’Etat (BEES). En l’occurrence, Stéphane Dierckx est moniteur doté d’un BEES, et est donc habilité à valider les acquis de nos membres. Un atout pour nos plus jeunes qui veulent progresser en voile et, pourquoi pas, un jour devenir moniteurs, et pour les moins jeunes, cette validation des acquis devenant un incontournable (comme le permis bateau) pour la location de bateaux….

Renseignements auprès de Stéphane et d’Hélène.

2015-10 NL 78 V2

 

3/ Marseille retenue pour les JO 2024

Le Stade nautique dédié à la voile légère                                                                                                         Les installations au sol

Le Conseil d’Administration de l’Association Ambition Olympique et Paralympique Paris 2024, présidée par Monsieur Bernard Lapasset, a annoncé ce lundi 7 septembre, au siège du CNOSF, Maison du Sport Français, que Marseille est la ville retenue pour les épreuves de voile dans le cadre de la candidature de Paris pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024

Plusieurs critères ont été étudiés pour départager Six villes étaient candidates pour devenir le site des épreuves de vpoile des prochianes olympiades : outre Marseille,Brest, Le Havre, Hyères, le Golfe du Morbihan et La Rochelle avaient présenté un dossier. Marseille a été retenue après examen détaillé des critères suivants : la qualité du plan d’eau et de la marina, le village olympique, la capacité d’accueil des spectateurs, l’accessibilité, le rayonnement international ou l’héritage laissé par le projet. Les conditions météorologiques offertes par la région durant l’été et le concept d’espace spectateurs ont également été pris en compte.

 « Le plan d’eau de Marseille est de très bonne qualité. Il y aura une marina exclusivement dédiée au sport de compétition et à la voile légère en particulier », a commenté Jean-Pierre Champion, président de la Fédération française de voile et expert du comité d’évaluation qui a mené les audits des six sites candidats. « Il y a deux propositions de village à Marseille, le plus éloigné étant à 1,8 km des sites de compétition », a-t-il poursuivi pour justifier ce choix.

Tony Estanguet, membre du Comité international olympique (CIO), est satisfait : « Nous construisons un dossier pour gagner. Le choix de Marseille vient idéalementrenforcer notre candidature en proposant au CIO et aux athlètes un site réunissant toutes les qualités et les atouts pour faire des épreuves de voile un moment unique au sein des Jeux»

Sources : FFVoile et Le Monde, septembre 2015

4/ Notre prochain rendez-vous : « Tous en Seine » (INQ 5B) samedi 24 et dimanche 25 octobre

Deux jours de régate pour cette belle épreuve d’automne. Et une belle mobilisation à prévoir pour une animation de notre flotte au niveau de ce qui a eu lieu depuis le début de la saison. Faites de ce « Tous en Seine » une réussite et invitez amis et connaissances à venir découvrir les joies de la navigation sur la Seine et la beauté des paysages automnaux.

 

Inscriptions auprès de Marie-Thérèse Jourdas ou de M. Simon. Premier départ dimanche à 11h00 (documents en pièce jointe).

 

Météo :

 

–        Samedi 24 octobre temps frais l’après-midi, température de 11°, vers est 7 noeuds

–        Dimanche 25 octobre   le matin, évoluant vers  temps frais le matin (9°), légèrement plus chaud l’après-midi (12°) , vent nord-est 7 nœuds.

 

  • Prochains rendez-vous à noter

 

  • 17.10.15 Déjeuner des Anciens
  • 17 et 18.10.15Tous en Seine (INQ 5B)
  • 25.10.15       Lof Machine (INQ 5C)
  • 30 et 31.10, 01.11Trophée Pinatel (Star – N4)
  • 08.11.15       Le Bleu et La Licorne (INQ 5B)
  • 14 et 15.11.15Trophée d’Automne M7.50
  • 15.11.15       Der des Der (INQ 5B)

 

Pensez à vous inscrire au déjeuner des anciens, une occasion de retrouver vos amis dans le cadre unique du CVP, et d’y échanger nouvelles et souvenirs. Rendez-vous le 17 octobre.

 

Aidez-nous à organiser la logistique de nos événements, pensez à prévenir de votre participation avant chaque date. Merci d’avance. (contact.cvp@laposte.net).

 

  • Retour sur l’Open Soling Trophy 2015

Et pour terminer, quelques superbes photos prises par M. Lionel Tromeur, un photographe officiel de Mercedes-Benz qui se promenait ce jour-là devant chez nous et en a profité pour « shooter », et proposées par nos amis Marie-Thérèse Jourdas et Hervé Godest.

Newsletter #77 – 8 octobre 2015 – Spécial mini-transat

CVP15096 Newsletter n° 77 Spécial Mini Transat V1 071015

 

Nicolas d’Estais sur « Librairie Cheminant », neuvième à Lanzarote

 

Le récit de sa course par Nicolas. Qui mieux que lui pouvait nous raconter en détail les péripéties de cette première étape et nous dévoiler les difficultés auxquelles il a dû faire face ?
Après 7j 15h 14mn 44s de course haletante entre Douarnenez, l’Espagne, le Portugal et les Canaries, le FRA630 « Librairie Cheminant » et moi avons bouclé la première étape de notre Mini Transat en 9eme position !

Des sentiments partagés à l’arrivée à Lanzarote. Si c’est évidemment la joie d’arriver qui prime sur tout, je n’ai fait que perdre des places depuis la mi-course suite à une voie d’eau survenue au large de Lisbonne. L’objectif initial d’arriver à Lanzarote dans le Top 10 est atteint, mais sans l’accident les choses auraient été bien différentes !

En complément du récit (toujours trop long!), j’ai compilé une petite vidéo avec quelques images de cette première étape. Elle est visible en cliquant sur le lien suivant : https://youtu.be/3jJgdRsecq4

 

  • Une course de vitesse jusqu’au Portugal

 

Mille trois cent milles nautiques (2,400 km) en solitaire : le périple le plus long que le 630 et moi avons accompli depuis nos débuts ensemble – en attendant la deuxième étape de cette Mini Transat. Après un départ en demi-teinte dans la baie de Douarnenez et dans le début du Golfe de Gascogne, j’ai réussi à rattraper le groupe des prototypes de tête.

A l’inverse des courses de préparation en solitaire, j’ai en plus réussi à suivre le rythme imposé par la tête de course jusqu’à la latitude de Lisbonne. Au classement de midi le 24 septembre (quatrième jour de course) je pointe l’étrave du 630 en cinquième position !

 

Ce jour-là j’ai eu l’occasion de discuter avec Jacques Vapillon le photographe de la course embarqué sur le PSP Flamant de la Marine Nationale. Il a eu la très bonne idée d’enregistrer notre échange, retrouvez le fichier en cliquant ICI
Autre baptême : celui des conditions de vent et de mer le long du Portugal : 25 nœuds établis, entre 2 à 3 mètres de houle. Je n’avais jamais tenu des vitesses moyennes aussi fortes pendant aussi longtemps. Etre en haut d’une vague de trois mètres et partir en surf à 15 nœuds sans savoir comment l’atterrissage dans la vague suivante va se dérouler : un sentiment d’euphorie nuancé d’angoisse sans équivalent.
Au moment de l’impact le bateau peut planter dans la vague. Elle passe alors au-dessus du pont et le bateau passe en mode sous-marin. Si l’étrave prend la direction du vent c’est un départ au lof : le bateau se couche, le spi claque et on prend le risque de le déchirer.

Quand à l’inverse le bateau part de l’autre côté c’est bien pire : il empanne et les voiles viennent se gonfler contre le mât et le gréement. La quille pivotante et le matériel se retrouvent alors du mauvais côté. Le bateau se couche, le haut du mât dans l’eau. Malheureusement, en plus d’être très dangereuse pour le matériel, la situation est stable. Si rien ne se passe, rien ne bouge ! Comptez dix à vingt minutes d’effort intense pour récupérer la situation. Heureusement cela ne m’est jamais arrivé!

 

Pour vous donner une idée des figures de style que nous pouvions faire, voici une photo de Luke Berry prise par Jacques Vapillon, embarqué sur le PSP Flamant de la Marine Nationale qui nous a suivi pendant la première étape.
Vous l’aurez compris, pendant ces heures critiques nous n’avons pu que très peu dormir. Mes quelques siestes (17 minutes maximum) se faisaient dehors dans mon cockpit à proximité des écoutes et de la barre au cas où le pilote décrochait. Les quelques secondes nécessaires pour sortir du bateau font souvent la différence entre un petit écart de route – regrettable mais sans conséquence – et une véritable sortie de piste comme décrite ci-dessus, très souvent synonymes de casse matérielle.

 

  • Esprit Mini es-tu là ?

Dans ces périodes délicates les langues se délient à la VHF. Cette radio courte portée (maximum 15km) obligatoire à bord est d’ailleurs le seul moyen dont nous disposons pour discuter avec le monde extérieur.
L’adversité nourrit la solidarité. Les concurrents s’échangent leurs bons procédés, mêmes les skippers qui visent la victoire. Tanguy le Turquais (leader des bateaux de série sur la saison 2015) explique à un concurrent comment vriller ses voiles pour pouvoir aller dormir sous pilote. Axel Tréhin (vainqueur de la Transgascogne et deuxième de l’étape) conseille de son côté son poursuivant direct sur un choix de voile. La veille, Clément Bouyssou m’avait donné la météo que je n’avais pas réussi à capter à la radio.
Cela peut paraître inimaginable pour certains régatiers : imaginez Djokovic passer de l’autre côté du filet pour venir conseiller Federer sur son geste de service. La Classe Mini est un cocktail unique de sport, de compétition, d’aventure, de danger et de solidarité. Impossible à transmettre autrement que par la pratique : la recette n’est connue que de ceux qui font ou qui ont fait la Mini. Une chose est sûre : c’est bien cet « Esprit Mini » qui fait que notre classe tient une place toute particulière dans le monde de la course au large.

 

  • Dégât des eaux

Notre peloton de tête empanne devant le DST de Lisbonne (Dispositif de Séparation de Trafic, la zone interdite réservée aux cargos) et reprend le large, direction les Canaries.
A la tombée de la nuit, dans un surf qui finira à presque 18 nœuds (cela restera mon record de vitesse sur le bateau) mon schnorkel de ballast remonte avec la pression de l’eau et sort de son logement. Un geyser d’eau se forme et commence à remplir le bateau. Dans le bruit général je ne m’en rends finalement compte qu’avec le changement du comportement du bateau dans les vagues suivantes. Je mets le pilote et passe une tête dans la descente. A l’intérieur : 30 centimètres d’eau partout. Je rentre et immédiatement je remets le schnorkel dans son trou et commence à vider l’eau. Ma première crainte concerne les batteries qui se trouvaient en dessous du niveau de l’eau. Heureusement elles tiennent le coup, sans quoi j’aurais été obligé d’abandonner la course.
A l’inverse, les câbles de la pile à combustible (mon principal moyen de recharge) prennent l’eau et empêchent son fonctionnement. Malgré mes efforts, je n’ai jamais réussi à la remettre en marche.
Pour charger mes batteries jusqu’aux Canaries il ne me reste uniquement mon panneau solaire de 45W, soit environ un tiers de la puissance nécessaire pour couvrir les besoins nominaux du bord. Cela m’a forcé à barrer en moyenne plus de 20 heures par jour sur les quatre derniers jours. Cette avarie tombe au plus mauvais moment car si j’avais beaucoup dormi jusqu’en Espagne en prévision de ce qui nous attendait le long de la péninsule Ibérique, je me suis mis volontairement en dette de sommeil car c’est dans le vent fort que les écarts se créent. Je comptais justement sur les conditions plus calmes que nous avons ensuite rencontrées pour récupérer. C’est raté
Tous les jours à 10.03 UTC c’est atelier prise de notes pour les prévisions météo et le classement.
Parfois on sourit, parfois on pleure ! 

Le peu d’énergie électrique emmagasiné par le panneau me servait à mettre le pilote pour dormir environ 2 heures (toujours par tranches de 17 minutes) et à prendre la vacation journalière. Trop prudent au début par rapport à mes batteries (une décharge trop importante est irréversible), je n’ai en fait pas dormi du tout la première nuit. C’est à la suite d’hallucinations assez étranges que j’ai réussi à trouver la dose minimum de sommeil nécessaire à ne pas me mettre en danger, tout en préservant les batteries du bateau.
Depuis le Portugal je n’ai donc pas vraiment pu rivaliser à armes égales avec les concurrents car j’ai coupé quasiment tous mes instruments pour économiser de l’énergie : pas de GPS principal, pas de VHF, pas d’AIS et pas de baromètre.
Pour ne rien arranger j’ai fait une grosse erreur stratégique au niveau de ma trajectoire à partir de Madère en m’éloignant trop loin de l’anticyclone des Açores. Ajoutez à cela un skipper à bout de force qui ne barre pas droit : pas facile !

Logiquement je n’ai fait que perdre des places..

 

« L’horizon, c’est loin… »
J’arrive finalement en neuvième position à Lanzarote, le 27 septembre à 05 heures locales après sept jours et demi de course. A l’arrivée au ponton je suis tellement fatigué (et à vrai dire un peu submergé par l’émotion) que je rate mon saut entre le bateau et le ponton. Je m’écorche assez profondément les deux pouces qui se mettent à saigner abondamment. Cela me vaudra un passage par l’hôpital le lendemain. Croyez moi quand je vous dis que cette première étape aura été une véritable aventure jusqu’au bout!

 

Soulagement à l’arrivée après 4 jours épuisants depuis le Portugal. Un super accueil par les autres coureurs dont Vincent Grison, 7ème de l’étape.
(Photo Jacques Vapillon)

 

  • Merci à tous !

 

Une partie de la Team 630

à mon départ du ponton de Douarnenez.

(Photo Pierre d’Estais)
Un grand grand merci à toute la Team 630 au départ de Douarnenez : Thomas (Shore Team Manager), Victor, ma mère, mon père, mon grand père, Amélie, Benoit, Jennifer, Pierre-Henri, Tiphaine, Mathieu, Laure, Francois 1, Edouard, Elise 1, Christian, Alice, Eric, Elise 2, Phil, Marc & Mireille, Pierre, Catherine, Francois 2, Mathilde et Claire!
Mention spéciale pour le comité d’accueil sur le zodiac à l’arrivée : Julie, Thomas, Papa, Davy (vainqueur de l’étape), Aurélia, Gwen, Caroline et Catherine ainsi qu’à tous les concurrents sur le ponton…
Un grand merci également à tous ceux qui m’ont envoyé des messages d’encouragement et de félicitations à l’arrivée, cela m’a beaucoup touché. Je vous réponds au compte-goutte

et donc cela prend du temps !
Pouces abimés mais levés pour l’arrivée du coloc’, Edouard Golbery, 8eme des bateaux de série. Bravo à lui !
(Photo Caroline Pommeret / Classe Mini)

Rendez-vous le 31 Octobre pour le départ de la seconde étape

et la vraie traversée de l’Atlantique!

2015-10 NL 77

 

 

Coupe « La patache » – 4 octobre 2015

La Patache : grand soleil et vent tournant

 

Bon, ça n’était pas gagné…. Et ça ne donnait pas envie aux quelques courageux venus courir la Coupe « La Patache » ce dimanche. Aux week-ends ensoleillés des semaines précédentes avait l’air de succéder un vrai dimanche d’automne, gris et froid, crépusculaire. On n’y voyait pas au-delà des pontons, et seul François Gary osait s’aventurer dans la brume matinale (sans corne de brume ni fusées…) avec son Laser. François, parti à l’aventure,  a ainsi disparu soudainement avant de réapparaître deux heures après escorté de deux cygnes et en plein soleil.

Car le soleil était bien au rendez-vous ce dimanche, et s’il a mis un petit peu de temps à apparaître, il a brillé de tous ses feux tout le reste de la journée, accompagné d’une bonne petite brise faiblissante et tournante, du nord-est au sud en passant par l’ouest.

Résultat, un déjeuner précoce, sur le coup de 12h15, et un premier départ à 13h15, pour quatre manches enchainées sans discontinuer, grâce à l’organisation magistrale de Marc Dunoyer assisté deChristian Desouches et Daniel.

Et une prestation très remarquée de Philippe Dumont en Star, équipé et coaché par Yves Jambu-Merlin, un bateau très favorisé par les petits airs, et suivi de quatre Soling aux performances très régulières, le classement variant assez peu d’une manche à l’autre.

Eric et Emmanuel Ribadeau-Dumas démontrent une fois de plus leur talent dans le petit temps, suivis de près par Philippe Gontier équipé d’Emmanuel Rousseau. Un équipage de combat, totalement féminin (Hélène Wils, Laurence Laborde et son amie Martine Brault), suivait de près et montrait à ces Messieurs qu’il ne faudrait pas leur en compter dans le futur. Enfin, Patrick Godest et François Laborde fermaient le ban sur un bateau aimablement prêté par Eric Ribadeau-Dumas pour remplacer le bateau Godest abimé à la suite de l’Open Soling.

Bonne ambiance à terre, bonne ambiance sur l’eau pour cette régate amicale. Merci Marc et à l’année prochaine !

Les résultats :

Classe Bateau Inscrits Classement
Star 777 Philippe Dumont

Yves Jambu-Merlin

1 3,1,1,1
Soling F200 Eric Ribadeau-Dumas

Emmanuel Ribadeau-Dumas

2 1,2,2,2
Soling F66 Philippe Gontier

Emmanuel Rousseau

3

 

2,3,3,3
Soling F188 Laurence Laborde

Hélène Wils

Martine Brault

4 4,5,5,4
Soling F138 Patrick Godest

François Laborde

5 5,4,4,DNF
2015-10 NL 76 V2

Newsletter #76 – 7 octobre 2015

CVP15094 Newsletter n° 76 La Patache V1 071015

 

1/  Patache : grand soleil et vent tournant

Bon, ça n’était pas gagné…. Et ça ne donnait pas envie aux quelques courageux venus courir la Coupe « La Patache » ce dimanche. Aux week-ends ensoleillés des semaines précédentes avait l’air de succéder un vrai dimanche d’automne, gris et froid, crépusculaire. On n’y voyait pas au-delà des pontons, et seul François Gary osait s’aventurer dans la brume matinale (sans corne de brume ni fusées…) avec son Laser. François, parti à l’aventure,  a ainsi disparu soudainement avant de réapparaître deux heures après escorté de deux cygnes et en plein soleil.

Car le soleil était bien au rendez-vous ce dimanche, et s’il a mis un petit peu de temps à apparaître, il a brillé de tous ses feux tout le reste de la journée, accompagné d’une bonne petite brise faiblissante et tournante, du nord-est au sud en passant par l’ouest.

Résultat, un déjeuner précoce, sur le coup de 12h15, et un premier départ à 13h15, pour quatre manches enchainées sans discontinuer, grâce à l’organisation magistrale de Marc Dunoyer assisté deChristian Desouches et Daniel.

Et une prestation très remarquée de Philippe Dumont en Star, équipé et coaché par Yves Jambu-Merlin, un bateau très favorisé par les petits airs, et suivi de quatre Soling aux performances très régulières, le classement variant assez peu d’une manche à l’autre.

Eric et Emmanuel Ribadeau-Dumas démontrent une fois de plus leur talent dans le petit temps, suivis de près par Philippe Gontier équipé d’Emmanuel Rousseau. Un équipage de combat, totalement féminin (Hélène Wils, Laurence Laborde et son amie Martine Brault), suivait de près et montrait à ces Messieurs qu’il ne faudrait pas leur en compter dans le futur. Enfin, Patrick Godest et François Laborde fermaient le ban sur un bateau aimablement prêté par Eric Ribadeau-Dumas pour remplacer le bateau Godest abimé à la suite de l’Open Soling.

Bonne ambiance à terre, bonne ambiance sur l’eau pour cette régate amicale. Merci Marc et à l’année prochaine !

Les résultats :

Classe Bateau Inscrits Classement
Star 777 Philippe DumontYves Jambu-Merlin 1 3,1,1,1
Soling F200 Eric Ribadeau-DumasEmmanuel Ribadeau-Dumas 2 1,2,2,2
Soling F66 Philippe GontierEmmanuel Rousseau 2,3,3,3
Soling F188 Laurence LabordeHélène Wils

Martine Brault

4 4,5,5,4
Soling F138 Patrick GodestFrançois Laborde 5 5,4,4,DNF

2/ Nos Star à Essen

Deux de nos Star étaient partis ce week-end courir à Essen (Allemagne), pour promener nos couleurs et donner envie à nos amis allemands de venir participer à notre Trophée Pinate. Olivier Guérin nous raconte le voyage :

« L’Allemagne en octobre, c’est du soleil et peu de vent ! Mais un déplacement agréable assuré.

2 Stars du CVP ont fait le déplacement les 3 et 4 octobre à Essen, H.ervé Godest & Olivier Guérin et Philippe Tréanton & Claude Legond.

Le plan d’eau c’est une petite rivière qui s’élargit sur 500 mètres de large et plusieurs kilomètres de long, et abrite une quinzaine de Yacht Clubs, tous aussi typiques et pittoresques les uns que les autres. La pollution reculant, laisse place à des herbes qui viennent gêner la navigation. Nous avons donc été remorqués au milieu du lac, et un manche en bambou nous a été remis, pour retirer les algues de la quille !

Le YCRE (club de Uwe, fidèle participant au Pinatel depuis de nombreuses années) organise tous les ans une régate réunissant une vingtaine de bateaux. Cette année, 14 allemands, 2 hollandais et 2 français.

Samedi peu de vent, 20°, et 2 manches courues, avant que le vent ne s’évanouisse en milieu d’après- midi. Dimanche, le vent tourne au sud et le comité tente un 1er départ, sans succès !

Classement donc sur 2 manches : nous prenons respectivement les places de 7ème  et 10ème, un peu frustrés de n’avoir pas couru dimanche.

 

Magnifique plan d’eau, accueil irréprochable, ambiance presque internationale, le CVP en progrès …

Nous en avons profité pour recruter : 2 bateaux allemands et peut être un jeune équipage hollandais feront le déplacement pour le Pinatel. »

 

2015-10 NL 76 V2

 

 

3/ Notre prochain rendez-vous : les « 3 heures du vent » (INQ 5B) dimanche 11 octobre

Et revoici notre traditionnel rendez-vous des « 3 Heures du Vent » proposé par Alban de Vilmorin et généralement accompagné d’un petit remontant de saison distribué à mi-course….

 

Venez tous nombreux participer à cette régate au format particulier. Très bon déjeuner servi à partir de 14 heures à l’issue de la régate (pour les coureurs, les autres pourront déjeuner avant).

 

Inscriptions auprès de Marie-Thérèse Jourdas ou de M. Simon. Premier départ dimanche à 11h00.

 

Météo : Dimanche 11 octobre  temps frais le matin, ensoleillé dans la journée, température de 16° à 18°, vent nord-est 7 nœuds.

 

4/ Prochains rendez-vous à noter

 

  • 17.10.15 Déjeuner des Anciens
  • 17 et 18.10.15Tous en Seine (INQ 5B)
  • 25.10.15       Lof Machine (INQ 5C)
  • 30 et 31.10, 01.11Trophée Pinatel (Star – N4)
  • 08.11.15       Le Bleu et La Licorne (INQ 5B)
  • 14 et 15.11.15Trophée d’Automne M7.50
  • 15.11.15       Der des Der (INQ 5B)

 

Pensez à vous inscrire au déjeuner des anciens, une occasion de retrouver vos amis dans le cadre unique du CVP, et d’y échanger nouvelles et souvenirs. Rendez-vous le 17 octobre.

 

Aidez-nous à organiser la logistique de nos événements, pensez à prévenir de votre participation avant chaque date. Merci d’avance. (contact.cvp@laposte.net).